• Please select country dropdown use tab or arrow key for navigate dropdown and press ESC for exit to next menu

    VOYAGE PRATIQUE

    Santé et bien-être à bord

     

    Pour voyager dans les meilleures conditions, aider votre corps à s’adapter à l’altitude, et pour votre bien-être personnel, voici quelques conseils simples et pratiques qui peuvent vous aider à arriver en forme à destination

     

    Informations générales

    • Portez des vêtements confortables. Vous serez plus à l’aise pour voyager.
    • Hydratez-vous. En cabine l’air est plus sec, il est donc important de vous hydrater très régulièrement en buvant de l’eau. Évitez si possible l’alcool et les boissons caféinées comme le thé ou le café. Pensez à utilisez une crème hydratante contre le dessèchement cutané. Il est aussi recommandé de préférer les lunettes aux verres de contact.
    • Mangez léger avant et pendant le vol. Les repas que nous vous proposons à bord sont spécialement élaborés pour vous permettre de voyager dans les meilleures conditions. Si vous avez des exigences particulières en matière de repas, rappelez-vous que vous pouvez commander un menu spécial avant le départ.
    • Faites un peu d’exercice régulièrement pendant le vol. Un programme dédié aux exercices à bord est disponible sur notre système de divertissement à bord. Ces exercices peuvent être pratiqués alors que vous êtes assis et sans déranger vos co-passagers.
    • Si vous devez vous déplacer en cabine, évitez de marcher pieds nus ou en chaussettes, surtout la nuit, lorsque la cabine n’est pas éclairée. Vous pourriez marcher sur un objet tombé malencontreusement au sol et vous blesser.

     

    Santé et bien être

     

    Comment éviter d’avoir mal aux oreilles pendant un voyage en avion ?

    Les phases de décollage et d’atterrissage, ou un changement de pression dans la cabine peuvent parfois provoquer une sensation d’inconfort pouvant parfois aller jusqu’à la douleur, surtout si l’on souffre d’une sinusite, d’une otite, d’un rhume, d’une grippe ou de maux de gorge.

    Nos conseils

    • Sucer un bonbon ou mâchez du chewing gum pour rééquilibrer la pression
    • Si vos oreilles sont bouchées, bâillez et déglutissez régulièrement ou effectuez une manœuvre de Valsalva (bouchez vous le nez et soufflez doucement jusqu’à ce que vos oreilles se débloquent).

     

    Éviter les effets du décalage horaire

    Les vols long-courriers franchissant plusieurs fuseaux horaires peuvent entraîner des troubles du sommeil dus à la perturbation de l’horloge biologique et du rythme circadien. Les principaux symptômes sont des difficultés d’endormissement, des vertiges, la constipation et une diminution de l’acuité mentale et/ou physique. Les personnes âgées et les passagers voyageant de nuit ou en direction de l’est sont plus sensibles au décalage horaire.

    En plus des conseils listés dans le premier paragraphe Informations générales, voici quelques astuces pour re-synchroniser plus facilement votre horloge biologique :

    • Pendant les trois jours qui précèdent votre départ, décalez votre heure de sommeil de 1 à 2 heures. Vous partez vers l’est, couchez-vous et levez-vous plus tôt. En direction de l’ouest, couchez-vous et levez-vous plus tard.
    • Réglez votre montre sur l’heure du pays de destination dès que vous êtes à bord.
    • Si vous voyagez vers l’est, évitez d’aller vous coucher directement en arrivant. Tenez le plus longtemps possible contre la fatigue, habituez-vous au rythme local en douceur. Exposez-vous à la lumière naturelle.

     

    Éviter la thrombophlébite (thrombose veineuse)

    Sur un vol long-courrier, le manque d’humidité et d’oxygène dans l’air, l’immobilité et la déshydratation peuvent entraîner la formation d’un caillot dans une veine profonde, également appelée phlébite. Celle-ci peut avoir comme conséquence grave une embolie pulmonaire. Les symptômes de la thrombose peuvent apparaître après la fin du voyage : douleur au mollet, gonflement du mollet ou de la cheville, légère fièvre.

    Quelques conseils viennent en compléments de ceux déjà listés dans dans le premier paragraphe Informations générales,

    • Portez des chaussettes ou des bas de contention
    • Levez-vous régulièrement et faites quelques pas, évitez de croiser les jambes
    • Ne prenez pas de somnifères pendant le vol

    Certaine personnes présentent des facteurs de risque de phlébite qu’elles voyagent ou non : personnes âgées, personnes en surpoids, fumeurs, mais aussi des personnes : antécédents de thrombose, mauvaise circulation veineuse, une opération chirurgicale récente, grossesse, ou accouchement récent, traitement hormonal à base d’œstrogènes ou contraception orale, Cancer et maladies cardiovasculaires. Dans certains cas, ces personnes peuvent recevoir, avant le vol et sur prescription médicale, un traitement préventif.

     

    Assistance médicale en vol

    Comme toutes les compagnies aériennes, THAI est en mesure de prodiguer certains soins en vol. Le personnel de bord est parfaitement formé aux premiers secours et à la réanimation cardiorespiratoire et peut également demander l’aide d’un médecin présent à bord. Il dispose notamment du matériel médical suivant :

    • Trousse de premiers secours (utilisée par le personnel de bord)
    • Trousses médicales (une blanche et une noire) utilisées par un médecin présent à bord ou avec le défibrillateur
    • Défibrillateur automatisé externe (DAE)
    • Fauteuil roulant (pour les vols long-courriers)

    Pour votre sécurité

    Prenez garde aux boissons chaudes

    Pendant le vol, notre personnel de bord vous servira des boissons chaudes. Afin d’éviter les brûlures, veuillez respecter les consignes suivantes :

    • Si la tasse de thé/café est posée sur un plateau, veuillez attendre que l’hôtesse ou le steward ait fini de la remplir avant de la saisir avec précaution.
    • Si la tasse de thé/café n’est pas posée sur un plateau, tenez-la par son anse pendant que l’hôtesse ou le steward la remplit. Veuillez attendre qu’il/elle ait fini de verser avant de la retirer, afin d’éviter que du liquide se répande et cause des brûlures.

     

    Ne vous allongez pas sur le sol

    Les sièges de tous les appareils de THAI ont été conçus de manière à être correctement équipés, pratiques et sûrs, conformément à la réglementation aérienne. Sur les vols long-courriers, certains passagers sont tentés de changer de position et de s’allonger sur le sol ; cela peut toutefois poser des problèmes de sécurité. Bien qu’il soit nettoyé, le tapis contient en effet des particules de poussière qui peuvent causer des allergies et même des problèmes respiratoires. De plus, l’oxygène de la cabine ne circule pas toujours correctement au niveau du sol, ce qui peut entraîner une gêne respiratoire et une sensation de vertige en se relevant. Mais surtout, le contact avec les éléments métalliques des sièges et du sol peut provoquer de graves accidents, notamment en cas de turbulences.

    Contre-indications et conseils pour les personnes malades

    Les personnes malades étant sensibles au moindre changement, il est nécessaire de consulter un médecin avant le départ pour minimiser les risques. Les médicaments doivent être conservés dans le bagage à main. Les passagers munis de prothèses métalliques, de pacemakers, de défibrillateurs internes ou de matériel médical à apporter à bord doivent disposer d’un certificat médical.

     

    Les personnes avec un handicap qui ont besoin d’une assistance durant le vol, doivent être accompagnées et se signaler à l’avance pour que le personnel de bord prenne ses dispositions.

    Les personnes souffrant de troubles non traités ou stabilisés ou susceptibles de s’aggraver durant le vol doivent obtenir l’aval d’un médecin avant de réserver leur billet. Un formulaire d’information médicale doit être rempli par le médecin traitant pour indiquer les détails de la pathologie et le matériel éventuellement requis (oxygène, fauteuil roulant, civière). La compagnie se réserve le droit de refuser le passager, de reporter son départ ou de demander à changer les conditions de voyage. Le transport aérien est réservé aux patients traités et stabilisés.

    Les voyages en avion sont contre-indiqués pour :

     

    Les bébés de moins de 7 jours :

     

    L’atmosphère de la cabine peut être néfaste aux nouveau-nés. Un formulaire d’information médicale est requis pour les prématurés.

     

    Les femmes enceintes :

     

    Les femmes enceintes sont acceptées à bord en cas d’absence de complications ; les conditions pour éviter l'accouchement prématuré à bord dépendent de la compagnie ; en raison de l’hypoxie, éviter les vols fréquents pendant les premières semaines. Les conditions sont les suivantes :

    • Les femmes enceintes de plus de 28 semaines doivent disposer d’un certificat médical indiquant le terme et les conditions de la grossesse.
    • En cas de grossesse simple, le voyage est autorisé jusqu’à 36 semaines pour les vols de moins de 4 heures et 34 semaines pour les vols de plus de 4 heures. Un certificat médical indiquant le terme et des conditions de grossesse normales est requis.
    • En cas de grossesse multiple ou compliquée (placenta prævia, antécédents d’accouchements prématurés, etc.), les vols long-courriers sont relativement contre-indiqués et nécessitent l’autorisation de la compagnie.
    • Au-delà de 36 semaines, les voyages aériens sont totalement contre-indiqués.

     

    Maladies cardiovasculaires et pulmonaires

     

    Prévoir assez de médicaments pour le cœur (y compris de la nitroglycérine sublinguale) pour la totalité du voyage et les garder dans le bagage à main. Conserver à part une liste des médicaments avec le dosage et la posologie en cas de perte des médicaments. Limiter les déambulations, en particulier à bord. Il est dangereux de voyager en avion dans les cas suivants :

    • Angine de poitrine instable : en cas d’infarctus du myocarde ou d’insuffisance cardiaque congestive, attendre au moins 6 semaines après la crise, la fin des douleurs et le retour à une activité normale
    • Pontage coronarien et autres interventions thoraciques : l’air introduit dans la cavité thoracique doit être résorbé 2 semaines avant le voyage, en raison du risque de barotraumatisme dû à la basse pression atmosphérique
    • Insuffisance cardiaque non contrôlée. Hypertension non traitée avec tension artérielle systolique supérieure à 160 mmHg. Pas de contre-indication pour les patients atteints d’hypertension, à condition qu’elle soit relativement contrôlée. Ces patients doivent penser à apporter leurs médicaments à bord.
    • Arythmie non traitée (le rythme cardiaque doit être contrôlé et un anticoagulant doit être administré pour le voyage)
    • alvulopathie décompensée
    • Pratique de la plongée sous-marine moins de 24 heures avant le voyage ou accident de décompression
    • Pneumothorax non traité ou instable
    • Épanchement pleural non drainé
    • Asthme : l’avion est contre-indiqué en cas d’asthme labile, sévère ou ayant récemment nécessité une hospitalisation. Les asthmatiques moins gravement atteints et aptes à prendre l’avion doivent penser à apporter leurs médicaments à bord, en particulier leur inhalateur à action rapide
    • Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) Les patients atteints de bronchite chronique, de pneumopathie interstitielle ou d’emphysème risquent de souffrir d’hypoxémie (en fonction de leur PaO2 de base). Pour évaluer leur aptitude à prendre l’avion, ces patients doivent pouvoir marcher 50 mètres ou monter un escalier sans être essoufflés
    • Insuffisance respiratoire non stabilisée
    • Ventilation mécanique ou état instable pour le voyage
    • Infection pulmonaire active
    • Maladies neuromusculaires avec hypoventilation nécessitant une ventilation mécanique
    • Tuberculose pulmonaire, en particulier chez les immunodéficients traités depuis moins de 2 semaines
    • Intervention chirurgicale thoracique datant de moins de 3 semaines
    • Trachéotomie : nécessite des précautions spéciales en raison du faible taux d’humidité de la cabine

     

    Troubles du système nerveux central

     

    • Épilepsie non contrôlée ou opération du cerveau sans complications datant de moins de 2 semaines. Les épileptiques stabilisés et les patients opérés du cerveau sont plus sujets aux crises durant un vol long-courrier, car l’hypoxie et l’hyperventilation associées à la fatigue, l’anxiété et la prise moins régulière des médicaments sont des facteurs déclencheurs. Bien qu’il ne soit pas conseillé de modifier le traitement avant un voyage, il convient d’envisager un traitement anticonvulsif supplémentaire. Les passagers épileptiques doivent au minimum veiller à disposer d’assez de médicaments dans leur bagage à main pour la durée du voyage et les retards imprévus
    • Accident vasculaire cérébral : il convient généralement d’attendre 2 semaines avant de voyager si l’état du patient est stable. En cas d’insuffisance artérielle cérébrale, l’hypoxie peut être nocive et un complément d’oxygène peut être conseillé
    • Accident avec lésion cérébrale datant de moins de 2 semaines
    • Œdème cérébral ou ponction lombaire datant de moins de 1 semaine
    • Tomodensitométrie cérébrale à l’aide de produit de contraste datant de moins de 3 jours
    • Troubles psychiatriques : les patients doivent obtenir l’aval d’un médecin. Les patients psychotiques stabilisés et accompagnés d’une personne compétente peuvent voyager moyennant une sédation adaptée

     

    Troubles gastro-intestinaux

     

    Les passagers peuvent ressentir une gêne abdominale due à l’expansion des gaz en vol.

    • Intervention chirurgicale abdominale avec suture de viscère creux : risque de perforation ou d’hémorragie due à l’expansion des gaz en altitude. Il est déconseillé de prendre l’avion dans les 2 semaines suivant toute opération abdominale.
    • Colostomie : pas de risque accru en avion, bien que la distension intestinale puisse augmenter la production fécale. Il est recommandé de prévoir une poche de recueil de grande taille. Pour les poches de petite taille, prévoir des changements plus fréquents et des poches de rechange dans le bagage à main.
    • Occlusion intestinale ou hémorragie due à un ulcère ou à la rupture de varices de l’œsophage. En cas d’hémorragie, vol autorisé après guérison constatée par endoscopie ou délai de 3 semaines avec taux d’hémoglobine supérieur à 10 g/dl.
    • Gastro-entérite grave avec déshydratation
    • Intervention chirurgicale gastro-intestinale datant de moins de 7 jours
    • Coloscopie datant de moins de 24 heures

     

    Thrombose veineuse profonde

     

    Le manque d’espace, l’immobilité prolongée et la déshydratation qui accroît la viscosité du sang entraînent une mauvaise circulation et un gonflement des membres inférieurs pouvant provoquer la formation d’un caillot dans une veine profonde. Pour réduire le risque de thrombose, il est conseillé de porter des chaussures confortables ou de les retirer, de remuer les mollets, de s’étirer les bras et les jambes toutes les deux heures, de marcher dans la cabine, d’éviter les somnifères, de s’hydrater et d’éviter l’excès d’alcool.

     

    Autres problèmes médicaux

     

    • Troubles ophtalmologiques tels que décollement de rétine de moins de 3 semaines, glaucome aigu ou opéré depuis moins de 1 mois, opération récente de la cataracte, kératite non soignée, chirurgie oculaire de moins de 3 mois
    • Sinusite ou otite aiguës
    • Intervention chirurgicale auriculaire de moins de 3 mois
    • Anémie aiguë (taux d’hémoglobine inférieur à 10 g/dl) : en raison du faible taux d’oxygène dans la cabine, risque de vertige ou de perte de conscience durant le vol. Voyage aérien contre-indiqué à un taux d’hémoglobine inférieur à 8,5 g/dl.
    • Maladies nécessitant un matériel médical interdit par la réglementation aérienne
    • Maladies transmissibles : varicelle, rougeole, oreillons, coqueluche, zona, etc.
    • Maladies immunodéficientes accompagnées de graves complications
    • Diabète : les patients non équilibrés ne doivent pas prendre l’avion. Pour les patients équilibrés, il convient de commander à l’avance un menu pour diabétique auprès de la compagnie. Les patients doivent transporter tous leurs médicaments (ainsi que seringues, lecteur de glycémie, en-cas sucrés et boîte à aiguilles/lancettes) dans leur bagage en cabine et non en soute. En cas de voyage sur plusieurs fuseaux horaires, il est recommandé de rester à l’heure de départ durant le vol et de s’adapter à l’heure locale en arrivant à destination
    • Intervention chirurgicale ou blessure récente : problèmes dus à la dilatation des gaz emprisonnés dans le corps
    • Fracture récente plâtrée : le plâtre doit être fendu avant le voyage afin d’éviter le syndrome des loges ou un gonflement nuisible sur les vols longs
    • Brûlures graves et grandes plaies infectées
    • Maladie au stade terminal risquant de se détériorer durant le voyage
    • Sonde urinaire : le ballonnet doit être rempli d’eau et la sonde changée avant le départ ; l’absence d’infection urinaire doit être constatée par examen direct et culture bactériologique

     

    Si vous avez besoin d’un fauteuil roulant, consultez la rubrique Demande d'assistance particulière > Mobilité réduite.

     

    Allergie aux fruits à coque

     

    En raison du nombre de passagers qui empruntent nos lignes, THAI ne peut garantir à 100 % l’absence de fruits à coque dans ses salons et à bord de ses appareils. Cependant, si la compagnie est informée suffisamment à l’avance de l’état de santé d’un passager, elle fera son possible pour que tout le personnel soit averti des précautions à prendre.

     

    Nous vous recommandons de porter constamment sur vous vos médicaments et/ou votre bracelet d’identité et d’alerter le personnel en cas de réaction allergique.

    Conseils aux séniors

    Préparation au voyage

          1. Évitez de voyager dans des régions isolées.
          2. Consultez votre médecin concernant les traitements, vaccins et précautions à prendre.
          3. En cas de maladie chronique, conservez les médicaments nécessaires dans votre bagage à main.
          4. Emportez des vêtements adaptés à votre destination.
          5. Vérifiez votre assurance santé avant le départ.

     

    Durant le vol

          1. Faites des exercices et tâchez de circuler dans la cabine pour prévenir les thromboses.
          2. Hydratez-vous en buvant beaucoup d’eau ; évitez l’alcool et le café.

     

    À l’arrivée

          1. Les personnes âgées (tout comme les jeunes enfants) sont plus exposées à la déshydratation aiguë et doivent donc éviter les longues expositions au soleil.
          2. Prévenez la constipation en augmentant votre consommation d’eau ou à l’aide de laxatifs si nécessaire.
          3. Prenez garde à l’hygiène de l’eau et des aliments.
          4. Prenez le temps de vous reposer pour vous adapter au décalage horaire.
          5. Gardez la peau propre pour éviter les infections.

    Voyage avec un enfant en bas âge

    • Informez nos agents lors de la réservation et de l’achat du billet pour que les dispositions nécessaires soient prises à bord 

         - Pour les bébés de moins de 6 mois, le couffin doit peser moins de 10 kg et ne pas dépasser 62 cm de long 

         - Pour les bébés de moins de 2 ans, un siège auto approuvé par la FAA peut être utilisé sur le siège réservé 

     

    • Les enfants en bas âge doivent être tenus dans les bras durant le décollage et l’atterrissage

    • Prévoyez des vêtements pour que le bébé n’ait pas froid à bord

    • Pour les nouveau-nés, il est recommandé d’attendre au moins 1 semaine pour que leur corps s’habitue à la vie extra-utérine et pour s’assurer qu’ils sont en bonne santé et exempts de troubles congénitaux

    • Pour les enfants atteints de maladies chroniques, un médecin doit être consulté avant le voyage pour prévenir les risques d’hypoxie durant le vol

    • Les changements de pression dans la cabine exercent une pression passagère sur l’oreille moyenne qui peut être douloureuse. Pour y remédier, faire téter le sein, un biberon ou une tétine aux bébés (et donner un verre d’eau ou du chewing-gum aux enfants plus âgés), en particulier durant la descente. Cela permet d’égaliser la pression interne et externe. 

    • Pour les enfants souffrant du mal des transports, il est possible d’administrer un médicament 30 minutes avant le départ

     

    Pour plus d’informations, veuillez contacter votre bureau local THAI